Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

018-b

Squart du 59 rue de Rivoli

 

COLLECTIFS D'ARTISTES : SQUATS ET SQUARTS

Pierre BOUVIER

 

     Dans le monde artistique, depuis plusieurs années, un événement retient l’attention de par sa capacité à dire tant la précarité que la volonté d’expression. Il s’agit de l’occupation de lieux par des personnes relevant de diverses manifestations culturelles, termes pris au sens large. La crise économique et structurelle de la fin du XX° siècle a réactivé, mais sous d’autres formes, une situation de pénurie d’espace disponible. La priorité s’est attachée à la construction et la rénovation du mobilier urbain. Ceci concerne non seulement le bâti des années cinquante-soixante ayant subi une dégradation croissante faute de suivi mais également le volet des possibilités en terme de logement accessible à des populations dépourvues de moyens telles que celles relevant de l’immigration : Sans-papiers signifie également Sans-logis.

     Dans les années 1990 une vague d’occupation eu lieu. La Maison des ensembles en est une des expressions. Elle conjuguera monde social et monde culturel.

     Le 15 Décembre 1996 est inaugurée la « Maison des ensembles ». Celle-ci associe deux données fondamentales du contemporain. Sa dénomination donne l'apparence d'un acquis, d'une réalisation dont le premier terme : maison implique l'affirmation d'un espace partagé et protégé, communauté bâtie qui implique un territoire délimité, clos et, implicitement, stabilité sinon domicile fixe.

     Le second terme : ensemble signifie, du moins de prime abord, que cette maison n'est pas le lieu d'un individu ou de quelques personnes indifférenciées. Il s'agit, en fait, d'un regroupement dans un même espace de différentes entités rassemblant des individus se reconnaissant depuis quelques années et plus précisément depuis les manifestations de décembre 1995.

     Ces « ensembles » sont des collectifs qui, a un titre ou à un autre, s'élèvent contre les intentions des pouvoirs publics. Leurs interventions balaient un large champ. Tel ou tel « ensemble » portera son attention sur des questions relevant du social, de l'économique, du politique ou du culturel. Le point commun à ces différents collectifs, qui vont se regrouper dans cette « Maison des ensembles », tient à leurs critiques d'une société dite démocratique mais où prévaut, de plus en plus, l'exclusion plus que l'intégration, le partage et la citoyenneté.

     C'est dans un quartier populaire du 12°arrondissement de Paris et plus précisément dans un immeuble de la Ville  mis à la disposition d'organisations syndicales que plusieurs collectifs vont s'installer. Certains d'entre eux avaient participé à l'opération de l'école du Désir, rue du Dragon, à quelques encablures de la place de Saint Germain des Prés, lieu emblématique de la vie parisienne.

     L'immeuble du 5 rue d'Aligre, proche de la place du même nom, est nettement moins volumineux que celui de la rue du Dragon qui, ancienne école, disposait de grandes salles, d'un préau, d'une cour intérieur ainsi que, à ces deux extrémités, de logements.

 

....

 

la suite dans le numéro 12

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de ecritique-revue.over-blog.com
  • : Blog de la revue Ecritique : actualité des arts plastiques ; analyse critique de l'art contemporain ; histoire et philosophie de l'art.
  • Contact

Edito

 

EC logo blogLa revue Ecritique se propose de contribuer à la nécessaire déconstruction de l’idéologie néolibérale qui domine l’art et la culture contemporaines, d’en analyser les fonctionnements et d’en révéler les effets aliénants à partir notamment des apports des sciences humaines.
 
Elle soutient les pratiques artistiques privilégiant la recherche de sens.


........................................................................................................................ 

Recherche

Archives de la revue

Nos collaborateurs publient