Edito

 

EC logo blogLa revue Ecritique se propose de contribuer à la nécessaire déconstruction de l’idéologie néolibérale qui domine l’art et la culture contemporaines, d’en analyser les fonctionnements et d’en révéler les effets aliénants à partir notamment des apports des sciences humaines.
 
Elle soutient les pratiques artistiques privilégiant la recherche de sens.


........................................................................................................................ 
Jeudi 27 mars 2014 4 27 /03 /Mars /2014 07:37

 

SOMMAIRE

 

 

Conditions de l’art : Sexisme en milieux culturels français. Où sont les femmes ? Jacquie Barral — Glissement de pouvoir dans l’art contemporain français, Christel Valentin — Relativisme historique, Michel Dupré — D’où vient « l’art ? », François Derivery.

 

« La durée poignardée » de Magritte : Quand la peinture poignarde la durée, Christine Sourgins — Liberté et limites de la non-interprétation : Magritte ou le sens poignardé, Leïla Cadet — « Le véritable art de peindre » selon Magritte, François Derivery — Une image à lire, Michel Dupré — Le crime a lieu dans une pièce vide, Claude Rédélé.

 

Ateliers : Les passepeurs de Rach’Mell, Yak Rivais ­— Les pastels de Myriam Boccara, Daniel Riberzani — Conversation sur le nu, avec Hélène Legrand, Christine Sourgins — Paysages en fêlure ou Paysages en fleurs, entretien avec Jacquie Barral, Christel Valentin — « Drop la rose », Jean-Bernard Pouchous — Rétropolis, « Les vampires ne meurent jamais », Roland Truc.

 

Actualités : Fleury Joseph Crépin ou le temps retourné, Yak Rivais — Bain de jouvence à la piscine (Fougeron), Michel Dupré — Les Femen manifestent nues devant le Louvre, François Derivery.

 

Archives : Regards sur l’œuvre de Bernard Lorjou, Francis Parent.

 

Additif : La durée poignardée par sa représentation, Claude Rédélé.

 

Le comité de la revue : Pierre Bouvier, François Derivery, Michel Dupré, Pierre Lamalattie, Robert Maggiani, Claude Rédélé, Daniel Riberzani, Yak Rivais,  Christine Sourgins, Christel Valentin.

Secrétaire : F.Derivery - Trésorier : C.Rédélé.

________

 

Le numéro paraîtra en juin 2014.

Nous invitons les retardataires à régulariser leur abonnement.

Par ecritique-revue.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 12 février 2014 3 12 /02 /Fév /2014 13:58

La trésorerie de la revue est désormais assurée par Claude Rédélé, ce qui nécessite une nouvelle rédaction du Bulletin d'Abonnement (nouvelle adresse, nouveau compte bancaire). Vous trouverez le nouveau Bulletin par le lien ci-dessous.

Rien de changé en ce qui concerne notre adresse mail : <ecritique@orange.fr>

 

 

 

Bulletin d'abonnement à ECRITIQUE

 

 

 

Par ecritique-revue.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 3 février 2014 1 03 /02 /Fév /2014 10:09

L'enregistrement d'un texte de François Derivery "L'identité de l'artiste" (Ecritique 12, 1er semestre 2011) est disponible, lu par Christine Bouyssou, à partir du lien suivant : 

icon_10_generic_list.png L'identité de l'artiste F Derivery.wav

 

Nous envisageons de renouveler cette expérience en l'étendant à d'autres textes parus dans la revue.

Vos avis seront les bienvenus (ecritique@orange.fr).


fin mars 2014

Un autre texte de François Derivery  "le silence des artistes" (Ecritique 11, 2e semestre 2010), et toujours lu par Christine Bouyssou, est également disponible à partir du lien suivant :

 

Audio
Par ecritique-revue.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 13 septembre 2013 5 13 /09 /Sep /2013 11:47

PARU

 

AU SOMMAIRE

 

(éCRItique aborde dans ce numéro un thème central de la réflexion artistique, mais aussi sociale et politique, celui du Temps. Il est ici seulement introduit, et pourra être repris et développé dans de futurs numéros de la revue.)

 

Dossier - Le Temps de l’art : Les mille-feuilles du temps, Yak Rivais – Le Temps de l’art - Le Temps et l’art, François Derivery — La temporalité prise en otage, Christine Sourgins —— Tempus fugit : de la dynamique de la citation picturale comme lutte contre l’obsolescence, Leïla Cadet — Memento mori : les « Vanités », Daniel Riberzani – A propos des « Vanités » de Daniel Riberzani, F. Derivery — Le Temps de la critique au risque des amalgames - L’œuvre dans le Temps, Michel Dupré — La Mémoire Nécropolitaine, André Chabot — Les temps du Tiers-Monde, des temps d’espoir et de culture, Pierre Bouvier.

Atelier : Julio Le Parc - Discussion avec Julio Le Parc — De la lumière humaniste caravagesque… Gontran Netto — Poème de solidarité, Julio Le Parc — Une « reconnaissance tardive », François Derivery.

Autres textes, chronique : Sur les terres arides… (Marcel Duchamp), Maurice Matieu — Le néolibéralisme artistique – Un principe de complexité, François Derivery — L’honneur des gueules noires, entretien avec le cinéaste Jean-Luc Raynaud, Daniel Riberzani et Michel Dupré – Injustices au fil du temps, Michel Dupré — Nouveauté ! nouveauté ! Vous avez dit nouveauté ?, Pierre Lamalattie — Le corps délié ou le retournement de François d’Assise, Juliette et Jacques Damville.

 

Le comité de la revue : Pierre Bouvier, François Derivery, Michel Dupré, Pierre Lamalattie, Robert Maggiani, Claude Rédélé, Daniel Riberzani, Yak Rivais, Christine Sourgins, Christel Valentin. 

Secrétaire : F.  Derivery - Trésorier : R. Maggiani. 

 

Bon de commande, abonnements

Par ecritique-revue.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 25 mars 2013 1 25 /03 /Mars /2013 10:10

Nos collaborateurs publient

Aux Editions E.C. (mars 2013)

 

 

François DERIVERY

 

L'ART CONTEMPORAIN

PRODUIT et ACTEUR

du NEOLIBERALISME

160 p. - 10 €

      descriptif

 

"Les trois ou quatre chroniqueurs critiques, spécialistes du marché de l'art dans nos grands journaux français, se gardent bien d'aller au fond dans leurs analyses des ahurissantes dérives du marché international et d'un système dont ils font partie. Ils restent prudemment dans l'ironie superficielle et le cynisme mondain, qui ne risquent de nuire ni à leur carrière, ni à la gigantesque farce dont ils sont les complices de fait. Ils se gardent bien également de signaler le travail de fond de gens qui ne disposent pas de leurs tribunes mais font des analyses de fond elles aussi, qui auront valeur historique.

C'est le cas de François Derivery (né en 1937, peintre membre du groupe DDP, enseignant en arts plastiques, auteur de textes notamment parus dans les revues Intervention, Artension, Ecritique...) avec ce livre, qui nous explique les raisons de la dérive à la fois financière et bureaucratique des mécanismes de légitimation et de valorisation de l'art actuel."

 

Pierre Souchaud, Artension, juillet-aout 2013

 

"Le dernier livre de François Derivery réunit de récents articles parus dans les revues Artension et Ecritique, il trace le portrait de "L'art contemporain produit et acteur du néolibéralisme" (E.C. Editions). A l'heure où fleurissent des ouvrages sur ce thème, mieux vaut s'en remettre aux témoins oculaires ou aux analystes à long cours, plutôt qu'à ceux qui prennent le train en marche...

F. Derivery fait partie de ces artistes perspicaces qui ont d'emblée flairé et combattu la nuvelle donne que son texte d'ouverture appelle "Le tournant des années 70". Il y rappelle le coup de force que représenta l'exposition 72-72 grâce à laquelle l'Etat enclencha sa politique de création dirigée... en commençant par diviser le milieu des artistes pour mieux régner. A l'époque, Paris bruissait de "collectifs d'artistes" fort actifs qui devaient être mis au pas : "Un collège de commissaires présidé par François Mathey était chargé de procéder à une sélection et de séparer, en les invitant, les artistes considérés comme potentiellement "opérationnels" — autrement dit susceptibles d'accéder à une visibilité internationale — et les autres, destinés à être abandonnés en chemin. Il ne s'agissait plus, donc, de s'adresser aux artistes "en général" mais de considérer chaque cas en particulier quitte à l'opposer aux autres".

Il est cocasse de lire ces lignes à l'heure où, à Beaubourg, de jeunes philosophes s'interrogent sur l'influence des technologies numériques et leur remise en cause du supposé "mythe démiurgique du créateur solitaire (...) à la lumière des communautés d'amateurs-contributeurs particulièrement actives sur le web". Comme si l'institution n'avait pas imposé de force "le renvoi à l'atelier"... un pseudo mythe qui permet d'orwelliser l'histoire de l'art, ou bien le énième exemple d'une perte de la mémoire récente : voilà où mène 'art sans véritable histoire de l'art... *

(* Cf. les témoignages et analyses édités par Ecritique et les ouvrages de François Derivery, notamment : L'Exposition 72-72, 2001, L'art contemporain de marché vitrine du néolibéralisme, et L'art contemporain produit et acteur du néolibéralisme, 2013.)

Christine Sourgins

Grain de sel du 9 juillet 2013 - sourgins.overblog.com


*


Michel DUPRE

 

PRATIQUES 

de la SCULPTURE

144 p. - 9 €

 

 

catalogue E.C. Editions et Bon de commande

Par ecritique-revue.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Recherche

Archives de la revue

Nos collaborateurs publient

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus